Le projet Vi-Vid explore la Valeur Intrinsèque des Vides urbains. Ces espaces « vides » ou « sous-planifiés » apparaissent sous des formes multiples: friches, délaissés urbains, terrains agricoles qui ne sont pas ou plus cultivés ou encore espaces de nature, progressivement enclavés par l’avancée de l’urbanisation. Quelle que soit leur forme, ils représentent une ressource précieuse de support pour une densification qualitative, car ils répondent à des usages polyvalents et offrent des opportunités que les espaces plus normés ou standardisés, comme les parcs ou les réserves naturelles, ne proposent pas.

Dans de grandes métropoles, ces espaces connaissent un retour en grâce. Certains se transforment en ‘friches culturelles’ ou ‘tiers lieux culturels’, véritables laboratoires de nouvelles pratiques urbaines et haut lieu de l’urbanisme transitoire. Ces espaces sont alors investis par des résidences d’artistes, des relais de producteurs locaux, des université populaires, des lieux de réparations, des bibliothèques d’objets… Ces pratiques alternatives et innovantes sont empreintes d’un certain idéalisme et envie de vivre et créer autrement. Mais si ce phénomène est de plus en plus étudié dans des contextes métropolitains, il est moins connu dans les contextes de petites et moyennes villes qui présentent plus de disponibilité foncière et une relation aux espaces de natures facilitée par la proximité du monde rural et agricole.

Dans ce cadre, le projet Vi-Vid vise à vérifier si cette ressource est en effet présente sur le territoire fribourgeois et si oui, quelles sont ses spécificités. La présence d’espaces ouverts sous-planifiés et leur ‘activation’ pourraient fortement impacter la qualité de vie en ville et augmenter l’attractivité d’un modèle urbain dense, largement prôné pour son impact environnemental réduit mais souvent mal aimé, mal vécu voire fui par ses habitants.

L’objectif du projet est d’identifier et de cartographier ces « vides » urbains au sein de la ville de Fribourg, dans sa périphérie, ainsi que dans les noyaux villageois extérieurs et d’analyser leur potentiel opérationnel en fonction des blocages de terrains, des rapports de force entre acteurs, des complications juridiques et des opportunités spatiales. C’est en mettant en évidence la divergence entre opportunités théoriques et opportunités de terrain que l’expertise du projet Vi-Vid pourra ensuite être répliquée dans d’autres territoires.

Galerie