Dès 2020 débutera à Fribourg la construction d’un bâtiment unique dédié au smart living lab. Pluridisciplinaire et catalyseur de progrès, ce «laboratoire vivant» sera un terrain propice aux travaux menés en conditions réelles. Stimulant la rigueur d’investigation et la pensée latérale, l’édifice proposera une palette d’aménagements permettant diverses activités de recherche. Le bâtiment se veut aussi un pionnier dans l’utilisation efficace des ressources, pour l’entier de son cycle de vie. Il s’inscrit avec 30 ans d’avance dans la mise en œuvre des objectifs énergétiques 2050 de la Confédération suisse.

Une fois construit, ce bâtiment ne cessera d’évoluer afin de servir la recherche, améliorer ses performances, assurer sa longévité et rester à la pointe de l’innovation. Ainsi, les éléments techniques seront apparents pour faciliter leur remplacement et les espaces offriront la flexibilité nécessaire pour adapter leurs aménagements à de nouveaux usages.

De nombreux capteurs permettront de mesurer différents paramètres liés à la consommation énergétique, la qualité environnementale ou à l’occupation des espaces. Ce monitoring permanent du bâtiment, alimentera une maquette numérique, qui servira deux aspects fondamentaux:

  • Le suivi d’un résultat de recherche: l’ouvrage sera soumis régulièrement à des évaluations post-occupation, qui devront fournir un vrai retour critique et montrer qu’il atteint les performances énergétiques visées.
  • Un apport pour les travaux des chercheurs, qui pourront imaginer de nouvelles expériences, sur ce bâtiment «plug and test».

Dans ce bâtiment expérimental, on mènera des expériences relatives:

  • au déploiement de technologies au service des interactions humains-bâtiment pour optimiser le confort, la productivité ainsi que la consommation de ressources des utilisateurs.
  • au remplacement de composantes du bâtiment pour en mesurer les propriétés et performances.
  • à des tests de systèmes de production et stockage d’énergie en conditions réelles pour déterminer quels sont les plus efficaces.

Ce bâtiment répondra à des ambitions uniques. Son processus de conception a fait l’objet d’une réflexion approfondie lui permettant d’intégrer au moment opportun les différents acteurs concernés pour assurer:

  • l’intégration des résultats d’une recherche environnementale préalable
  • la réponse aux besoins des différents utilisateurs – chercheurs
  • une haute qualité architecturale
  • le respect d’un cadre juridique et financier donné

Transition opérationnelle
Un processus de construction du bâtiment au travers de trois phases (appel à projets, étude de réalisation, construction) a été défini. Les besoins des chercheurs en termes programmatiques ont été identifiés (surfaces respectives de bureaux, laboratoires, espaces de réunions). Du point de vue urbanistique, l’emplacement du bâtiment tient compte du nouveau Plan d’affectation cantonal entré en vigueur en été 2018. Ces différents éléments, ainsi que les recommandations et outils issus du programme de recherche, ont été consolidés dans le document d’appel d’offre du Mandat d’Études Parallèles (MEP) publié en septembre 2018 sur la plateforme des marchés publics simap (remise des candidatures: fin octobre). Le lauréat ainsi que l’avant-projet seront dévoilés fin juin 2019.