Les économies d’énergie sont devenues une priorité en raison de la raréfaction des ressources énergétiques naturelles et de l’augmentation des coûts de l’énergie. Cela a conduit à un processus de réflexion sur les pratiques du bâtiment, dans le but de les rendre plus durables et économiques en termes de consommation d’énergie, grâce notamment à une étanchéité à l’air et à une isolation thermique efficaces. En raison de l’étanchéité des maisons, les flux de ventilation ont diminué et on trouve une présence accrue d’humidité ainsi qu’une concentration plus élevée de polluants dans les intérieurs. En conséquence, on constate une détérioration de la qualité de l’air intérieur et l’apparition de troubles de la santé non spécifiques des occupants. L’objectif de cette recherche est de déterminer l’incidence des pratiques de construction écoénergétiques sur la qualité de l’air intérieur. Ces projets ont pour but d’évaluer la qualité de l’air intérieur sur un large échantillon de logements unifamiliaux et efficients en énergie neufs ou rénovés par l’analyse de l’exposition des individus au radon, aux COV (composés organiques volatils) et aux moisissures. Dans ces bâtiments, une attention particulière a été portée à l’efficacité de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe ainsi qu’à la ventilation.

Galerie